Authentication - Register

Complete the form below to create your account

This will be your public name in the community
We need this to keep you informed about your account

Mandatory data.

Why you'll love MyOlympus

All members get access to exclusive benefits:

  • Member community
  • Register products
  • Extended warranty
  • Monthly newsletter

Mon année photo à venir dans les Shetland (Royaume-Uni)

À 60° de latitude nord, les Shetland sont loin dans la mer du Nord et presque aussi proches de la Norvège que de l'Écosse continentale sur le plan géographique. Les Shetlanders s'imaginent sur un territoire plus scandinave qu'écossais, et une grande partie du paysage et de l'histoire des îles vont dans ce sens. Si loin au nord, les photographes dépendent forcément des limitations naturelles liées à la lumière.

J'aime la nature sous toutes ses formes, car elle me fait vibrer. C'est la vie côtière au nord du pays, le climat frais et la variété d'oiseaux qui m'ont fait poser mes valises dans les Shetland en 2014. J'ai beaucoup de chance, car je cohabite avec de nombreuses espèces d'animaux et d'oiseaux migrateurs. Ce qui est sûr, c'est que mon année risque d'être chargée aux Shetland!

(Un goéland argenté se reflétant dans l'eau près d'un bateau, Shetland)

Je consacrerai les mois d'hiver à la confection d'un nouveau livre photo sur les oiseaux et, quand la météo me le permettra, j'irai photographier des échassiers sur les belles plages vierges du Shetland, ou traîner près du port pour jouer avec le reflet des oiseaux et des bateaux de pêche. Je photographie souvent entre 9 et 15h, pendant que ma fille est à l'école, mais je repars aussitôt le soir si mon conjoint peut prendre le relais.

Photographier des échassiers fait partie de mes péchés mignons. Autant dire qu'une volée d'oiseaux de rivage qui vient se nourrir sur la ligne de marée d'une plage déserte et balayée par le vent, c'est Noël avant l'heure pour moi. L'appareil en main, les cartes mémoire, batteries et clés de voiture dans la poche, j'approche en zigzaguant le long du rivage et en faisant des pauses pour habituer les échassiers à ma présence. Une fois le bon emplacement trouvé, souvent avec le soleil dans le dos, je m'agenouille ou rampe le long des tas d'algues ou des dunes pour avoir les échassiers dans le viseur. Je reste au plus près du sol (soit accroupie, soit sur le ventre) pour photographier en contre-plongée et j'intègre des éléments flous du paysage en premier plan, pour une composition plus fournie.

Généralement, les échassiers acceptent rapidement ma présence. Ils viennent à quelques mètres à peine de moi, poussant des cris, interagissant avec leurs congénères, se lissant les plumes et se nourrissant de ce qu'ils trouvent: une multitude d'activités à capturer avant la marée haute, où ils décollent tous ensemble pour se reposer non loin de là. Je ne vois jamais le temps passer quand je photographie des échassiers, les minutes devenant vite des heures. Quand on prend l'habitude, les échassiers sont des sujets idéaux pour tenter de nouvelles techniques, comme le mode Pro Capture ou des vitesses d'obturation plus lentes. Il n'y a rien de mieux qu'un sujet volontaire déambulant sur la plage pour bidouiller différents modes et réglages.

(Un bécasseau sanderling se lissant les plumes sur une plage balayée par le vent, Shetland)

Comme le mauvais temps a tendance à ramener des oiseaux, je me retrouve souvent sous la pluie. Mes séances photo sont généralement planifiées la veille, après avoir vérifié la météo et les heures des marées. Mon sac photo renferme souvent mon équipement de prédilection: l'OM-D E-M1X couplé au M.Zuiko 300mm F4.0 IS PRO, un objectif macro M.Zuiko 60mm, les convertisseurs MC-14 et MC-20, des batteries de rechange, des cartes mémoire, des lingettes nettoyantes pour les lentilles frontales des optiques, une gourde et un téléphone portable. Je vis littéralement dans des bottes en caoutchouc et cumule les couches de vêtements, sans oublier la veste coupe-vent et imperméable qui va de pair avec ce type de photographie. Je dirais d'ailleurs que c'est la pièce maîtresse des îles du Shetland, où la météo n'en fait qu'à sa tête tout au long de la journée.

(Une sterne arctique sur une péniche bleue, Lerwick, Shetland)

Si loin au nord, je serai forcément limitée à quelques heures d'ensoleillement par jour en hiver, donc je ferai le maximum sous la lumière. En été, le contraste avec l'hiver est on ne peut plus grand sur les îles, car la lumière y est abondante. L'aube peut être très lumineuse, alors que d'autres zones du monde sont encore plongées dans le noir. On a le droit à une lumière côtière argentée souvent rehaussée par la mer, dans des couleurs qui se fondent parfaitement. Le soir, la golden hour est assez longue et gâte les photographes avec un soleil plongeant à peine sous la ligne d'horizon avant de se lever à nouveau, baignant les colonies d'oiseaux marins dans une lumière dorée jusqu'à la tombée de la nuit.

À la fin du printemps, je partirai en quête de grenouilles et abuserai de bokeh lumineux, ne manquant pas de photographier tous les oiseaux migrateurs qui croiseront ma route. Pour trouver ces visiteurs éphémères, il faut faire attention à la météo et prendre le temps de se renseigner sur les espèces et leur habitat. Une fois ces derniers glissés sous votre viseur, vous n'avez plus qu'à les photographier en tirant le meilleur parti de la lumière.

(Un eider à duvet mâle se reflétant dans l'eau près du port, Shetland)

Aux Shetland, l'été apporte son lot d'oiseaux de mer reproducteurs. À mon sens, le plus difficile est de trouver un angle d'attaque pour ses photos chaque année, car le choix de sujets est infini. Une photo d'oiseau plus artistique peut prendre du temps, tant dans la planification que dans l'exécution. D'ailleurs, les projets artistiques sont plus faciles à mettre en œuvre en présence d'oiseaux communs et d'oiseaux de mer, plutôt que d'oiseaux migrateurs qui ne sont de passage qu'à l'automne et au printemps, offrant des prises de vue éphémères.

(Des macareux moines, Sumburgh, Shetland)

(Portrait nocturne d'un macareux moine, Sumburgh, Shetland)

Produits présentés:


About the author

Related Tags

Comments

More from ‘Birds’